Damien OLIVIER : Microanalyses de lichens: génération et croisement de données métabolomiques

Thèse débutée en octobre 2017

Directeurs de thèse : Joël BOUSTIE (ISCR UMR CNRS 6226), David Rondeau

Encadrant : Marylène CHOLLET (ISCR UMR CNRS 6226)

Résumé : La microanalyse de lichens est développée pour des profilages métaboliques au travers d’un travail multidisciplinaire. Il permet de connaitre la composition de lichens à partir de petits échantillons (y compris les échantillons d’herbier ce qui apporte une information temporelle (stabilité des molécules) au-delà des données exploitables dans plusieurs domaines (chimiotaxonomie, écologie, activité biologique…). Le profilage métabolomique est réalisé par des approches complémentaires discriminant les diverses «communautés moléculaires». Une analyse systématique par famille de lichens est mise en œuvre et la recherche de marqueurs spécifiques est appliquée dans une approche chimiotaxonomique (marqueurs chimiques corrélés à la botanique) ou déréplicative (repérage de molécules nouvelles). Les données obtenues sont utilisées pour être intégrées en priorité à l’outil d’identification des lichens du massif armoricain (Likarmor).qui est développé avec des compétences locales et nationales (CST-UR1 et Association Française de Lichénologie). Des études d’histolocalisation sont aussi développées sur des lichens choisis comme modèles symbiotiques.  Il s’agit ici de mieux comprendre les relations entre les divers partenaires, y compris la microflore associée aux thalles lichéniques. L’objectif ambitieux visé dans ce travail et son caractère multidisciplinaire nous conduit à avoir une interaction forte avec des partenaires européens de tout premier plan : pharmacognostes spécialisés dans l’analyse métabolomique (Jean-Luc Wolfender, Genève et Anders Backlund, Uppsala) ainsi que des lichénologues (Martin Grube, Graz, interactions biotiques chez les lichens) et des conservateurs de muséums prestigieux.