Institut d'Électronique et de Télécommunications de Rennes
UMR CNRS 6164

| ENT |






Accueil du site > Accueil > Actualités

Soutenance de thèse

Francis Richard, doctorant en thèse CIFRE à Orange Lab à Lannion, soutient sa thèse intitulée :

Etude des architectures optiques pour le réseau local domestique, basées sur la fibre multimode (polymère et silice) et le multiplexage en longueur d’onde

le mercredi 27 juin 2012 à 10h30 en amphi 111 à l’UFR des sciences et techniques de Nantes, 2 rue de la Houssinière, Nantes.

Résumé :

La fibre optique est le support le plus adapté pour répondre aux exigences de capacité et d’hétérogénéité des futurs réseaux domestiques. Les fibres multimodes, plastique ou silice, devraient conduire à des systèmes plus faible coût. Deux principales architectures multiformat ont été identifiées, basées sur une étoile active ou passive. Pour l’étoile active, le choix de la fibre plastique est tentant, pour son très bas coût. Sa bande passante est hélas très limitée, le multiplexage en longueur d’onde pourrait apporter une solution.
Dans un premier temps, l’étoile active restera un choix efficace, simple et performant. Elle sera ensuite probablement remplacée par l’étoile passive associée au multiplexage en longueur d’onde, pour une capacité et une flexibilité accrues. Cette solution démontrée en fibre monomode serait déclinée en fibre multimode, plus économique, pour laquelle les composants CWDM (Coarse Wavelength Division Multiplexing) ne sont pas disponibles.
Ces deux axes sont étudiés dans cette thèse. Des investigations sont d’abord menées sur le WDM dans la fibre plastique, menant au constat que la technologie n’est pas mûre aujourd’hui pour son introduction. Le travail continue alors sur l’étoile passive CWDM en fibre silice multimode. Après des expérimentations montrant des problèmes d’uniformité en sortie du coupleur N × N avec les sources CWDM habituelles, une méthode originale, basée à la fois sur la simulation et sur le calcul, a été proposée pour améliorer la compréhension des phénomènes intervenant dans le coupleur en fonction des sources utilisées, prenant également en compte des méthodes telles que l’injection avec offset ou le brouillage de modes.

Pour en savoir plus.






Départements et équipes de recherche
>
Top