Institut d'Électronique et de Télécommunications de Rennes
UMR CNRS 6164

| ENT |






Accueil du site > Accueil > Production scientifique > Thèses en cours > Équipe SCEE (Dpt SC)

Modélisation d’architecture de gestion pour les équipements de radio intelligente

Doctorant : Oussama LAZRAK

Directeur de thèse : Renaud SEGUIER

Thèse débutée le : 01/11/2011

Dans bien des domaines d’application, le besoin de systèmes intelligents et adaptatifs se fait de plus en plus sentir. C’est notamment le cas des communications sans fil où les équipements doivent pouvoir s’adapter aux différents standards et environnements, en prenant en compte les contraintes de performances et contraintes de l’embarqué (puissance de calcul, mémoire, énergie, encombrement, …). On parle de radio intelligente (cognitive radio en anglais).

La complexité de ces systèmes débouche sur la nécessaire mise en place d’une fonction dédiée spécifiquement à la gestion de la reconfiguration disposant d’intelligence prenant des décisions à partir d’informations issues de capteurs. Suite à nos travaux antérieurs, nous proposons une architecture de gestion nommée HDCRAM (Hierarchical and Distributed Cognitive Radio Architecture Management).

Pour étudier, raffiner et valider ces architectures, nous souhaitons utiliser des approches de conception reposant sur la modélisation à l’aide de langages à haut niveau d’abstraction afin d’accélérer les phases d’exploration d’architecture avant leur mise en œuvre. Ainsi un métamodèle de HDCRAM a été défini.

Ce modèle permet de spécifier à un niveau d’abstraction élevé (afin de faciliter cette tache) la structure de l’architecture de gestion, les transferts devant être effectuées entre ses éléments, les ressources nécessaires pour supporter les différentes configurations envisagées, les organes de prise de décision, les capteurs et les métriques nécessaires, etc.

L’objectif de cette étude est d’améliorer et d’étendre le modèle actuel afin de le faire répondre à des scénarios de flexibilité et d’intelligence de plus en plus poussés. Deux axes sont envisagés dans cette étude :

  • améliorer le modèle au niveau actuel existant (MOF),
  • descendre en abstraction le niveau de modélisation (en ciblant un langage tel que SystemC, permettant des représentations à plusieurs niveaux d’abstraction) pour élever le niveau de détail des spécifications (temps d’exécution, temps de reconfiguration...).

Le passage par des contextes simplifiant les contraintes pourra permettre des mises en œuvre sur cible homogène de type processeur général en langage C++ afin de présenter des résultats intermédiaires dans un contexte réel de transmission.

Page du doctorant






Départements et équipes de recherche
>
Top