Institut d'Électronique et de Télécommunications de Rennes
UMR CNRS 6164

| ENT |






Accueil du site > Accueil > Actualités

Soutenance de thèse

Mahmoud ISRAEL soutient sa thèse intitulée :

Croissance et caractérisation de nanofils de Si et Ge

le mercredi 22 juillet 2015 à 10h30 dans la salle des thèses (bâtiment 1) de l’Université de Rennes 1.

Résumé :

Nous nous sommes intéressés à la croissance et la caractérisation de nanofils de silicium (Si) et de germanium (Ge). Les nanofils ont été synthétisés par le mécanisme VLS (Vapeur Liquide Solide) dans un réacteur LPCVD (Low Pressure Chemical Vapor Deposition), en utilisant l’or (Au) comme catalyseur et le silane (SiH4) ou le germane (GeH4) comme gaz précurseur. Pour que ce procédé de croissance conduise à l’obtention de nanofils, le catalyseur Au doit être nano-structuré sous la forme de nanoparticules de diamètre si possible contrôlé. Ceci est fait dans cette étude par « démouillage » d’une couche continue déposée initialement par effet Joule sur le substrat choisi. L’épaisseur de cette couche continue initiale est un paramètre essentiel dans l’étude. Une partie préliminaire de ce travail a concerné l’étude de la façon dont ce démouillage s’effectue, en fonction des divers paramètres. Nous avons ensuite effectué une étude exhaustive du rôle de tous les paramètres (nature du substrat, température, pression, épaisseur de la couche continue d’or, temps de croissance, durée et température de démouillage) qui contrôlent le procédé de croissance LPCVD sur les caractéristiques des nanofils de Ge notamment. Nous avons fait varier ces paramètres dans de larges fenêtres de valeurs afin de maîtriser et contrôler leur croissance. La caractérisation structurale des nanofils par microscopie électronique en transmission montre leur structure monocristalline avec une direction de croissance <111> pour les nanofils de Si et <110> pour les nanofils de Ge. Enfin, dans le cas des nanofils de Ge coniques isolés et déposés sur différents substrat, l’analyse micro-Raman nous a permis de mettre en évidence un phénomène de résonance optique à l’intérieur du nanofils et qui dépend fortement du diamètre local du nanofil. L’intensité Raman augmente avec la diminution du volume excité. Ces effets sont expliqués par les modes optiques apparaissant selon le diamètre local du nanofil, la longueur d’onde d’excitation et la nature du substrat utilisé. En plus, le profil de la fréquence au maximum d’intensité obtenu a montré qu’aucune anomalie particulière n’est observée. Ces profils obtenus en fonction du substrat et de la longueur d’onde utilisés sur différents nanofils montrent une faible variation de la fréquence. Le profil de la largeur à mi-hauteur est constant. Ces résultats montrent l’absence des effets de confinement de modes de phonons dans les nanofils individuels caractérisés.

Pour en savoir plus.






Départements et équipes de recherche
>
Top