Institut d'Électronique et de Télécommunications de Rennes
UMR CNRS 6164

| ENT |






Accueil du site > Accueil > Actualités

Soutenance de thèse

Gertrude GODEM WENGA soutient sa thèse intitulée :

Mise en œuvre d’un capteur chimique et biologique à base de nanofils de silicium

le lundi 9 décembre à 10h30, en amphi P de l’ISTIC à l’Université de Rennes 1.

Résumé :

L’objectif de ce travail de recherche est la réalisation de dispositifs à base de nanofils de silicium, réalisés par la méthode des espaceurs. La synthèse des nanofils est effectuée à partir d’une couche de silicium polycristallin, déposée par la technique LPCVD (Low Pressure Chemical Vapor Deposition). Ces nanofils sont ensuite intégrés dans les dispositifs électroniques tels que des résistances ou des transistors réalisés suivant deux configurations différentes « bottom-gate » et « step-gate ». Les caractéristiques électriques de ces deux types de transistors ont mis en évidence des propriétés électriques suffisantes pour leur utilisation en tant que capteurs. Une simulation permet d’expliquer l’effet de l’apport de charges électriques à la surface des nanofils sur la concentration d’électrons dans la couche active. Les dispositifs sont tout d’abord utilisés pour la mesure du pH, et montrent une sensibilité de détection élevée. Pour une utilisation du dispositif en tant que biocapteur, une fonctionnalisation de la surface des nanofils est nécessaire pour permettre l’accrochage de sondes d’ADN. La détection électronique de l’hybridation sondes/cibles de brins d’ADN complémentaires est démontrée avec un faible seuil de détection. Enfin, afin d’augmenter la surface d’échange entre le nanofil et les espèces chargées, un procédé de fabrication de résistances à base de nanofils suspendus est développé. Des tests de détection en présence d’ammoniac ont mis en évidence une réponse linéaire sur une gamme de concentrations. Les résistances à base de nanofils suspendus présentent une plus grande sensibilité que celles à base de nanofils non suspendus, mettant en avant l’effet important de la surface des nanofils. Tous ces résultats permettent de démontrer la faisabilité de capteurs chimiques et biologiques à base de nanofils de silicium à partir des techniques conventionnelles de la microélectronique en utilisant un procédé de fabrication « bas-coût ».

Mots clés : nanofils de silicium, fonctionnalisation de surface, capteur chimique, biocapteur.

Pour en savoir plus.






Départements et équipes de recherche
>
Top