Développement de transistors à effet de champ organiques et de matériaux luminescents à base de nanoclusters par impression à jet d'encre.

Soutenue le 19 decembre 2018

Directeur de Thèse: Y. Molard
Co-directeur: E. Jacques

Résumé:

L’objective de cette thèse était de démontrer les potentialités de l’impression à jet d’encre pour le pilotage d’une HLED contenant des clusters métalliques phosphorescents dans le rouges, par des transistors organiques à effet de champs. Pour atteindre ce but, le projet a été divisé en deux parties : I) La fabrication et l’optimisation de transistors organiques de type n par photolithographie puis le transfert technologique vers l’impression à jet d’encre. II) Parallèlement au développement des transistors, je me suis attaché à la conception de matériaux hybrides luminescents pour la réalisation d’HLED.Pour la partie transistor, nous avons obtenu une meilleure compréhension des facteurs influençant l’injection de charges mais aussi la stabilité électrique pour un transistor de géométrie grille basse/contacts bas avec le fullerène C60 évaporé. Nous avons démontré que la résistance de contact est d’une part gouvernée par la morphologie du SCO au niveau des électrodes et d’autre part indépendante du travail de sortie du métal. En outre, nous avons vu que la stabilité électrique des transistors est fortement impactée par la nature du contact source et drain. L’optimisation des transistors fabriqués par photolithographie, qui a essentiellement consisté à modifier les interfaces, nous a permis de développer des transistors de type n performants avec des mobilités à effet de champ saturées allant jusqu'à 1,5 cm2/V.s pour une température maximum de procédé de 115 °C. Le transfert vers un transistor fabriqué par impression à jet d’encre a ensuite été effectué. Nous avons ensuite démontré que les morphologies de l’électrode de grille et de l’isolant, fabriqués par impression à jet d’encre, ont un impact négligeable sur les performances des transistors. Pour notre structure imprimée, l’injection de charges aux électrodes S/D est en fait le facteur clé pour la réalisation de transistors performants.Finalement, des matériaux phosphorescents rouges à base de cluster métalliques octaédrique de molybdène ont été développés. Le copolymère hybride résultant présentait un rendement quantique de photoluminescence de 51%. La réalisation de l’HLED a ensuite été effectuée par combinaison d’une LED bleue commercial et du copolymère dopé avec des clusters octaédriques de molybdène pour des applications possibles en biologie ou dans l’éclairage